Personnages politiques, scientifiques et surtout culturels abondent dans l’histoire la plus récente de la capitale cantabrique. Ces personnages étaient des voisins ou de simples visiteurs, grâce à qui, le nom de Santander s’est répandu au delà de ses frontières.

Marcelino Menéndez Pelayo

Santander, 1856-1912

______________________

Écrivain savant ayant dédié son travail à la critique et à l’histoire de la littérature espagnole et hispano-américaine. Un spécialiste de tout, voué à la littérature et aux livres. Il était membre de l’Académie Royale Espagnole, mais aussi du Parlement, et enfin, directeur de la Bibliothèque Nationale. Il a été proposé pour une candidature du Prix Nobel en 1905.

José María de Pereda

Polanco, 1833, Santander, 1906

______________________

Romancier et politicien. Il a consacré toute son énergie au réalisme et aux peintures des mœurs. Ses ouvrages principaux sont: Peñas Arriba, Sotileza et De tal Palo tal Astilla. Il fut également journaliste pour le journal  » La Abeja Montañesa » et fonda  l’hebdomadaire  » El Tío ».

María Blanchard

Santander, 1881, Paris, 1932

______________________

Peintre. Handicapée par une déformation physique très lourde, c’était une personne solitaire. En plus de Santander, elle a effectué une partie de ses études d’art à Madrid puis, après l’obtention d’une bourse d’étude, elle poursuivit sa carrière à Paris. À travers ces différentes villes, elle a apprit à utiliser librement les couleurs et à échapper aux règles de l’académisme. Elle a pratiqué le cubisme durant la plus grande partie de sa carrière artistique.

Alfonso XIII

Madrid, 1886, Rome, 1941

______________________

Le monarque espagnol fut étroitement lié à la ville de Santander. Il y passa une bonne partie de sa vie et, plus particulièrement tous ses étés de 1913 à 1930, lorsqu’il séjournait dans le Palais de La Magdalena. C’est pour cette raison que Santander a connu une telle ascension au début du XXe siècle.

Gerardo Diego

Santander, 1896, Madrid 1987

______________________

Il reçut le Prix Nobel de Littérature en 1925. C’était un auteur de la 27 ème Génération, son principal ouvrage, à qui il doit tout son succès, est la fameuse  » Antologia ». C’était le principal adepte du mouvement poétique espagnol d’avant-garde, l’Ultraïsme et le Créationnisme. Il influença les nombreux auteurs et poètes qui lui ont succédé.

Francisco González

Santander, 1918-1990

______________________

Dessinateur et sculpteur. Il a fortement influencé le style de la caricature en Espagne. Ses travaux ont souligné l’aspect psychologique et le caractère synthétique de certaines de ses illustrations.

Enrique Gran

Santander, 1928, Madrid 1999

______________________

C’est l’un des artistes-plasticiens les plus originaux de sa génération, il a su se démarquer des autres en apportant sa vision personnelle de l’art abstrait. Il appartient aux groupes d’artistes issus de l’Académie de San Fernando, comme son tendre ami Antonio López.

José Hierro

Madrid, 1922-2002

______________________

Madrilène de naissance mais Santanderino d’adoption, il a vécu la plus grande partie de sa vie à Santander. Artiste très talentueux au style si particulier, il fut récompensé par plusieurs prix: Le Prix National de Poésie en 1953 et en 1999, le Prix Prince des Asturies en 1981, le Prix National de Littérature en 1990 et enfin le Prix Cervantes en 1998.

Cioli Santander, 1922-2011

______________________

José Sanz Tejera, plus communément appelé Cioli, est l’un des personnages les plus aimés et admirés de Santander pour sa bonté et son altruisme. Depuis sa plage de la Magdalena, il surveillait les eaux et venait en aide aux noyés. Il réussit à sauver la vie de 140 personnes.

Los Frères Tonetti

Santander, 1920-2004 et 1928-1982

______________________

Durant la seconde moitié du XXe siècle, ces deux frères, José et Manolo Villa del Rio, étaient les clowns les plus connus d’Espagne, en plus d’être des entrepreneurs du cirque. Leur âge d’or eu lieu lorsqu’ils étaient à la tête du cirque Atlas. En 1980, ils ont du déposer le bilan, suite à quoi, Manolo sombra dans une dépression sans nom, qu’il fut incapable de surmonter. José Villa, l’autre frère, reçu en 1993, la Médaille d’Or des Beaux Arts, accordée par le Conseil des Ministres.