La découverte du Nord du Littoral de la ville est un itinéraire que tous les touristes ne s’accordent pas forcément, mais rester un jour de plus pour le découvrir, vaut vraiment la peine. C’est un des secrets les mieux gardés de Santander, ici son image de capitale disparaît pour laisser place à son aspect plus rural. La côte du Nord prend les noms de Cueto, Monte et San Román, les trois localités principales et adjacentes à la ville dont les frontières se sont nettement diminuées au fil du années. Toutefois, elles détiennent chacune leur propre caractère et offrent la possibilité de profiter de la meilleure façon qu’il soit, d’un environnement rural à deux pas du centre ville. Cet itinéraire débute au Phare du Cabo Mayor jusqu’à la Virgen del Mar, il peut être parcouru à pieds, à vélo ou en voiture.

Illustrations tirées du Guide Officiel du Visiteur de Santander

Le pont du Diable

______________________

Dans les environs du Cabo Mayor coexistent les charmes naturels d’une côte sauvage et un milieu rural plus traditionnel, fait de pâturage et d’animaux. Pour vous rendre au premier point de cet itinéraire, il vous faudra marcher en direction de l’ouest, traverser les champs où se trouvent les aires de pique-nique du phare, qui offrent une vue linéaire sur la côte. Après avoir marcher quelques minutes, vous arriverez au Pont du Diable, un creux naturel dans la roche calcaire, causé par l’érosion de l’eau. Jusqu’en 2011, la pierre formait un grand trou parfait mais au fil du temps, celui-ci s’est agrandi. Cependant, il est très agréable de se promener dans les environs pour observer les fortes secousses de la Mer Cantabrique s’écrasant contre les falaises. Dans toute cette zone vous aurez la possibilité de croiser des pêcheurs défiant les vagues pour récolter leurs précieux fruits de mer.

Panthéon de l’Anglais

______________________

En continuant sur le sentier situé à gauche du Pont du diable, qui suit la ligne côtière et le terrain de football de Cueto, vous arriverez au Panthéon de l’Anglais. Il s’agit d’une petite construction érigée en mémoire du William Rowland, un britannique qui perdit la vie à cet endroit. Effrayé par le puissant impact des vagues, un jour de tempête, il tomba de son cheval. Rowland s’était rendu à Santander pour rendre visite à son ami José Jackson, chargé de la signalisation des bateaux de Cueto. Le télégraphe fit construire ce mémorial en 1892,  pour honorer sa mort.

La plage du Bocal et Rosamunda

______________________

Pour vous rendre jusqu’à la plage du Bocal et Rosamunda, il est nécessaire de marcher quelques kilomètres, laissant derrière vous la localité de Cueto pour vous rentre à celle de Monte;  à pieds ou en voiture depuis le Cabo Mayor. Vous passerez par les rues Inés Diego del Noval, puis la rue Monte où vous verrez des panneaux de signalisation. Ces deux plages sont assez isolées et solitaires. Bien installées entre les côtes, elles sont très fréquentées par les surfeurs aux vues des fortes vagues, mais aussi ceux qui cherchent un peu de tranquillité. Ici vous comprendrez mieux que jamais les vers de la poète Matilde Camus, habitante de Monte: ” Je suis née de la fraîcheur de la terre verte/ J’ai senti au fond de mes entrailles la force de la mer grise/ de la vivacité de ses marées qui lèche nos côtes ou les mord”

La Maruca

______________________

À environ 500 mètres se trouve la Maruca, un des lieux de la municipalité où l’ambiance marine se fait le plus ressentir, où vous pourrez voir des petits bateaux amarrés sur l’étroit fleuve de San Pedro del Mar et bien-sur, déguster d’excellents fruits de mer préparés dans les tavernes des marins. La zone de Monte est très appréciée pour son ambiance rurale, comme c’est le cas de tout le Nord du littoral. Vous croiserez certainement des individus chargés de matériel de pêche ou d’autres accompagnés de leur bétail, moutons, ânes, poules, etc. Une image qui attire notre attention car cette dimension rurale se trouve à deux pas du noyau urbain. Juste à côté du fleuve se trouve la plage de La Maruca, charmante, petite et rocheuse, un ponton vous mènera jusqu’à la mer.

La batterie de San Pedro del Mar

______________________

En longeant le sentier qui traverse le bord de la plage en direction de la mer, vous tomberez sur la Batterie de San Pedro, une fortification construite en 1660, visant à protéger Santander des attaques des pirates. Elle resta active jusqu’à la fin de la Guerre de Succession entre les Autrichiens et les Bourbons (1702-1713). La Batterie avait un mur de liaison entre l’édifice où étaient gardées les munitions et la plateforme d’où se déclenchaient les tirs d’artillerie. Cette structure était à son tour protégée par une fortification extérieure dotée d’une fosse. Le bâtiment est resté en ruines durant des décennies. Il a été récemment reconstruit et abrite aujourd’hui le centre d’interprétation du littoral ainsi qu’un mirador sur la partie supérieure (Centre d’Interprétation du Littoral: réserver une visite à l’avance au: 618 717 613)

Le château de Corbanera 

______________________

A environ 500 mètres en direction sud de la Batterie de San Pedro del Mar, se trouve le Château de Corbanera, construit au XIXe siècle. L’ensemble est composé d’une tour néo-médiévale utilisée comme caserne et entrepôt, et dont la partie supérieure se compose de deux canons et d’une enceinte circulaire fortifiée. Lors de la réalisation des chantiers, les habitants de la ville ont dû participer aux travaux, ceux-ci auraient été obligés d’effectuer ses taches communautaires, à moins qu’ils payent pour les éviter. De nos jours, le château est fermé et dans ses environs, vous pourrez apprécier comment les propriétaires de quelques maisons ont mis à profit les murailles pour la construction de leurs murs.

Le Pont Molino de Mareas 

 ______________________

Sur le côté Ouest du fleuve de San Pedro del Mar, se dresse un pont donnant vers l’autre bord, l’unique vestige de ce que fut le moulin de Aldama, un construction utilisée jusqu’au XIXe siècle pour moudre des céréales. Une fois dépassé, vous arriverez à la Punta La Mesa. Ici, vous devrez prendre la deuxième déviation sur votre droite, où un mirador privilégié est installé. Ici, vous pourrez admirer le contour du littoral, reconnu par l’Union Européenne comme “Zone Spéciale de Conservation”. Vous pourrez également utiliser le sentier naturel qui mène directement au pont jusqu’au Pozonas de San Román, la deuxième étape fondamentale de cet itinéraire.

Les Pozonas de San Román

______________________

Récemment récupérée, cette zone humide est un lieu important dans la traversée migratoire des oiseaux, où vous pourrez admirer un écosystème unique ainsi qu’une grande richesse paysagère, écologique et culturelle. Le sentier qui vous mènera jusqu’ici, depuis La Maruca, est circulaire et mesure 7 kilomètres au total.

La Virgen del Mar

______________________

Également situé dans la localité de San Román, se trouve le Sanctuaire de La Virgen del Mar, sainte patronne de Santander et des pêcheurs, qui chaque année, 51 jours après le Samedi Sain, est portée en procession jusqu’à son ermitage par les habitants. Ceux-ci prient en chantant :
” Si mon petit bateau connait un naufrage, je sais que ma Capitaine Vierge de la Mer est là”. Enclavé sur une petite île, le sanctuaire est accessible depuis un pont. Dans ses alentours, le force de la mer érode fortement les falaises: un véritable spectacle durant les jours de forts courants. La zone possède également une jolie plage, un grand parking et des prairies à perte de vue : le lieu idéal pour se reposer ou pour faire un pic nique.

Le cimetière Ciriego 

______________________

☎ Téléphone 942 331 987
www.cementeriodeciriego.com

Tout prêt du sanctuaire, se trouve le Cimetière de Ciriego construit sous les ordres de Charles III, qui voulait que les cimetières soient construits en dehors de la ville. San Román de la Llanilla fut le premier lieu choisi, à deux pas de la mer. Il s’agit d’un exemple concret démontrant la richesse de la production funéraire espagnole de l’époque, plus particulièrement des célèbres maîtres tailleurs de pierre de Cantabrie, qui ont réalisé des travaux sur les panthéons, les sépultures et les monuments de Ciriego. Celui-ci est inclus dans la Route Européenne des Cimetières, reconnue par l’Organisation Mondiale du Tourisme, pour son innovation, sa diffusion et son interprétation au sein du patrimoine européen.