L’itinéraire que nous vous proposons maintenant traverse la zone portuaire de la ville. Dans les quartiers qui suivent cet itinéraire, cohabitent les travailleurs maritimes, ceux-ci ayant été transportés de l’ancienne zone maritime Puertochico jusqu’ici au Barrio Pesquero, et les travailleurs habitant le quartier de Castilla-Hermida, à la suite de l’industrialisation et de l’exode rural de la crise agraire du XXe siècle.

La Gare Maritime 

______________________

C/ Calderón de la Barca

Santander est un port qui possède derrière lui une expérience prononcée en matière de transport maritime. Déjà à l’époque coloniale, la ville était le lieu d’escale des majeures compagnies transatlantiques, et c’est depuis son port, que les émigrés partaient en Amérique. Aujourd’hui, près de 150 000 personnes par an fréquentent cette Gare Maritime, située à deux pas des Jardins de Pereda. Le bâtiment fut construit en 1971, au sommet du toît se dessinent des lignes courbées, à l’image des vagues de la mer. Dans ce port sont embarqués les passagers à bord des croisières et des lignes régulières de la compagnie Bretonne, Britanny Ferries.

Le monument Cabo Machichaco 

______________________

En face de la gare maritime, à l’intérieur de terres, est érigé le monument en mémoire des victimes de la tragédie du Cabo Machichaoc, qui eut lieu le 3 Novembre 1893.
Ce jour là, à 3h de l’après-midi, un incendie se produit dans le bateau à vapeur appelé Cabo Machichaco, amarré dans le port. Les pompiers commencèrent à éteindre le feu devant plusieurs milliers de curieux, se tenant sur le quai pour assister au spectacle des flammes. La soute du bateau était chargée de dynamite et finit par exploser, laissant derrière elle 2000 blessés et 500 morts. La déflagration fut tellement forte que des projections de corps et de débris atterrirent plus loin provoquant un autre incendie. La terreur s’empara de la ville mais il y eut une vague de solidarité de la part des villes situées aux alentours, indemnes, les voisins s’empressèrent de porter secours aux victimes. La ville bénéficia également de l’aide des pays étrangers: le vice-consul britannique mit en place une quête populaire destinée aux blessés. La catastrophe de Machichaco provoqua de nouveau une terrible tragédie quatre mois plus tard, lorsque 20 autres personnes travaillant dans les sous-marins d’extraction de dynamite sont mortes.

Castilla-Hermida

______________________

En marchant en direction de l’ouest par la rue Antonio López, vous passerez devant les bâtiments de la Douane et des Commandes de la Marine. Si vous tournez à droite au niveau de la première intersection, vous arriverez à la gare routière. Le quartier populaire, Castilla-Hermida se compose d’une rangée de bâtiments longeant la voix ferrée d’un côté, et de l’autre, des installations portuaires, s’achevant en hauteur par une zone industrielle et le début de l’autoroute. C’est le côté de la ville le moins touristique, bien que ses quartiers abritent le quotidien des voisins de la commune. Ceux-ci ont été déplacés ici en raison de la puissance commerciale qui s’installait dans le centre où ils se sont joints à la population urbaine, après avoir émigré du milieu rural à cause de la crise agraire du milieu du XXe siècle. Le quartier est parsemé de petites boutiques et de bars où vous pourrez vous arrêter. De plus, une structure culturelle de référence pour la région est fièrement éclairée, il s’agit des Archives Historiques et Provinciales et de la Bibliothèque Centrale: la porte d’accès du Quartier de Pêcheurs.

Les Archives Historiques Provinciales et la Bibliothèque Centrale

______________________

Le bâtiment de style néo-mudéjar, fut construit en 1900 sur les terrains du quai Maliaño. C’est ici qu’est stockée la moitié du tabac importé en Espagne depuis des décennies.
Pendant la Guerre Civile, cet immeuble servait de prison aux prisonniers républicains puis plus tard, il repris son activité d’usine-entrepôt jusqu’en 1986. Une récente réforme l’a converti en centre des Archives Historiques Provinciales et Bibliothèque Centrale de Cantabrie, un exemple parfait de réutilisation d’édifices destinés à une tâche industrielle en un lieu culturel.

L’histoire de la bibliothèque remonte en 1839, à l’époque où elle faisait office d’Institut Cantabrique de l’Enseignement Nautique et Commercial. Plus tard, elle s’appela la Bibliothèque Provinciale et reçut des fonds de financement des couvents de Santa Clara, Santa Catalina, de Monte Corbán et San Francisco.

Varadero et la Salle Naos 

______________________

Depuis l’élément précédent, vous pourrez arriver au Barrio Pesquero, sans pour autant sortir de la rue Marqués de la Hermina. En face de la porte principale de l’ancien bâtiment, se trouve l’industrie de Tabac. Vous pourrez, si vous le souhaitez, marcher le long des vieux hangars situés non loin de la rue Verdadero, ce qui plaira aux amateurs de photos à caractère industrielles. Dans cette zone, se trouve la Salle Naos, un centre culturel que l’Autorité Portuaire de Santander a mis à disposition à la place d’un ancien hangar industriel, et qui accueille maintenant des expositions d’art, contemporainnes principalement. Cette salle fait partie du complexe Sotoliva, où sont également intégrées quelques unités administratives du Port de Santander.

Barrio Pesquero (Quartier de Pêcheurs)

______________________

Le Barrio Pesquero est un petit ” village ” maritime qui est né en 1943 quand la majorité des pêcheurs ont été transporté dans cette zone. Avant, ils vivaient et travaillaient à Puertochico, un coin plus central. Structuré en bloc d’immeubles, le quartier est organisé autour de trois patios collectifs. Ici vous goûterez la véritable gastronomie marinière, dans une ambiance chaleureuse des tavernes et restaurants de pêcheurs.

Le visiteur se rendra compte qu’il pénètre dans le Barrio Pesquero quand il arrivera près d’une petite place située au croisement des rues Héroes de la Armada et Marqués de la Ensenada. Ce qui attire le plus notre attention c’est la peinture murale sur la façade d’un des bâtiments, représentant une scène typique du milieu maritime: des rameurs en pleine action sur un chalutier .

L’Église Nuestra Señora del Carmen

______________________

À gauche de la peinture murale, de l’autre côté de la voie réservée aux voitures, se trouve l’Église de Nuestra Señora del Carmen, sainte patronne des pêcheurs (cf rubrique “Fêtes”). Cette paroisse est dirigée par le curé Alberto Pico, un des personnages les plus appréciés de la ville, connu pour sa générosité envers les plus défavorisés. Avant lui, un autre curé était chargé de cette paroisse, le protecteur des pêcheurs, Miguel Bravo. L’admiration et la reconnaissance du peuple pour ces deux prêtres étaient tellement intense que deux établissements de la zone portent actuellement leur noms: l’Institut IES Alberto Pico et l’école Colegio Miguel Bravo.

Ensenada del Arte

______________________

Pratiquement en face de l’Église, se trouve le centre culturel la Ensenada del Arte qui en plus de sa collection exposée, offre différentes formations multidisciplinaires. En continuant votre chemin sur cette avenue principale, vous arriverez dans une zone remplie de tavernes et restaurants, spécialisés en cuisine marinière et traditionnelle. La plupart des établissements sont connectés entre eux par une coure intérieure, un élément assez surprenant. De l’autre côté de la chaussée des terrains de football sont installés, autrefois c’est ici qu’on séchait les filets de pêche.

Le bassin Maliaño

______________________

Derrière ces pistes sportives, vous pourrez longer le bord du bassin de Maliaño. Un endroit charmant où les pêcheurs avaient l’habitude de laisser tout leur matériel de travail endommagé, afin qu’il soit réparé par des professionnels. Ici amarrent aussi quelques bateaux.

La halle aux poissons

______________________

Ce bâtiment, situé sur un des côtés du bassin de Maliaño, se distingue facilement par son toit en virages paraboliques. Cette halle aux poissons possède un premier étage où se trouvent des bureaux, un deuxième consacré à l’étalage des différents poissons, les enchères se déroulent dans une grande salle où est dressé un amphithéâtre et dans les bureaux des exportateurs.