Construite sur une colline peu après la naissance de la ville (alors appelée Portus Victoriae liliobrigensiums), c’est ici que se trouvait l’ancienne abbaye dédié aux saints Hémétaire et Chélidoine. Dans la partie basse de la Cathédrale, se trouve l’Église del Cristo, le plus vieux vestige de la ville. De fait, des ruines romaines d’un complexe thermale ont été retrouvées au sous-sol du bâtiment.
Cette petite église comptant trois nefs, divisées par d’imposants piliers, se caractérise par son aspect sobre, bien qu’elle abrite à l’intérieur des œuvres de grande valeur. Sa solidité et ses grands axes abrupts lui donne un caractère de forteresse. Sa construction commença au XIIIe siècle puis elle fut reconnue comme Bien d’Intérêt Culturel en 1931, malgré ses nombreuses reconstructions et rénovations à travers le temps (cf incendie 1941).

Illustrations tirées du Guide Officiel du Visiteur de Santander

À l’intérieur, vous pourrez admirer le magnifique retable de style churrigueresque ainsi que le caveau du célèbre écrivain Marcelino Menéndez Pelayo, dont la statue est érigée sur une pille de livres, gravée par cette inscription: ” Quel dommage de devoir mourir alors qu’il me reste tant de lecture! “. L’autre élément curieux de cette Cathédrale est la chapelle San Matías qui, chaque année, reçoit  la visite de la Corporation Municipale pour renouveler le vœu effectué pour la première fois en 1503, ayant pour but de prier pour que la peste s’éloigne de la ville. À l’intérieur, se troue l’orgue monumental de la Santísima Trinidad (Sainte Trinité) formé par trois corps, conçu par Norbert Itrich. Cet orgue compte plus de 6000 tuyaux et 100 registres, dont cinq d’entre eux n’ont jamais été construits auparavant. Un arrêt dans le somptueux cloître gothique est obligatoire.

Illustrations tirées du Guide Officiel du Visiteur de Santander

L’orgue de la Cathédrale